FAQ Nouveaux Membres

Bonjour à tous

Vous êtes nombreux à vous poser des questions sur les raisons qui nous ont poussés à créer un syndicat de pilotes.

Nous avons essayé dans cette rubrique FAQ de vous donner des réponses.

N’hésitez pas à nous contacter.

A bientôt.

 

 

Question 1 : Pouvez-vous présenter la démarche globale du SNPPDC ?

L’idée de naissance du Syndicat est une structure constituée par des pilotes pour mettre en communs nos idées, les synthétiser, les mettre en avant, faire connaître le métier et défendre nos intérêts. Cela passe par :

  • Fédérer les pilotes professionnels de drones civils qui s’engagent sur le respect des règles de sécurité ;
  • Se positionner comme interlocuteur privilégié auprès des autorités de tutelle, des élus, des donneurs d’ordres ;
  • Communiquer et faire connaître la filière et ses spécificités, établir un programme annuel de présence du syndicat pour les manifestations régionales et nationales, professionnelles ou généralistes (permettant de faire de la pédagogie) ;
  • Etablir une veille sur les usages en vol par la centralisation de tout élément d’information disponible sur des évènements de type : incident de vol, survol interdit ou sans autorisation afin de promouvoir des pratiques responsables ;
  • Contribuer à créer un brevet spécifique au pilotage de drone ;
  • Contribuer à créer un système d’accréditations des écoles de pilotage fondé sur le niveau de qualification et l’expérience des formateurs, le matériel, les infrastructures, un plan de formation validé par la DGAC… ;

Question 2 : Quelles sont les ambitions / axes prioritaires du SNPPDC ?

L’ambition est de faire vivre un lieu d’échange privilégié et de partage d’expériences concrètes entre pilotes professionnel sur :

  • La sécurité des vols ;
  • La réglementation et son application (selon les scénarii, les régions …) ;
  • Les aspects techniques de notre pratique.

Les axes prioritaires d’action sont :

  • La mise en place de commissions thématiques pour l’expression de chacun ;
  • Des groupes d’échange pour du partage d’expérience et répondre concrètement aux questions des pilotes (liste des contacts préfectoraux ? comment établir un protocole ? dans tel contexte un NOTAM est-il nécessaire ? faut-il faire la dernière mise à jour DJI ? essai de nouveaux modèles / capteurs …)
  • Une communication auprès des autorités pour être associés aux discussions notamment sur les questions d’évolution de la réglementation, pour y faire remonter la vision des pilotes et des formateurs
  • Tout groupement pouvant nous profiter (achats groupés, salons …)

Question 3 : De quelle manière le syndicat souhaite fonctionner ?

Le Syndicat est fondé sur un principe de représentativité et de participation collégiale.

Il est également basé sur un système local, et met en place des interlocuteurs par région pour les pilotes et les décideurs locaux, élus notamment.

Tout pilote ayant des idées à mettre en avant et des projets à  défendre y trouve sa place.

Question 4 : Quelle sont les différences entre la FPDC et le SNPPDC ? Qu’est-ce que le syndicat apporte de plus / de différent par rapport à la fédération ou au RODA ?

La naissance du Syndicat ne s’est pas faite en réaction aux structures existantes. Cependant vous êtes nombreux à nous poser des questions sur notre positionnement, nos différences notamment vis-à-vis de la FPDC ou du RODA.

La meilleure réponse est dans un premier temps la mise en parallèle des objectifs affichés de chaque structure, dont vous pouvez prendre connaissance sur les sites internet respectifs ou ci-dessous :

FPDC (citation extraite de http://www.federation-drone.org/, version du 18/05/2015)

« La Fédération Professionnelle du Drone Civil (FPDC) est une association régie par la loi de 1901 qui fédère les acteurs privés et institutionnels dans le secteur du drone français, notamment les constructeurs et les opérateurs.

L’association a pour but de supporter et coordonner les efforts de promotion nationale et internationale relatifs aux potentialités des aéronefs sans pilote dans le domaine civil. La FPDC souhaite devenir un interlocuteur de référence pour le jeune secteur du drone civil en France, tant auprès des autorités tutélaires que des tiers privés tels que les assureurs et médias

En facilitant l’échange et la coopération entre les différents acteurs du secteur. La FPDC permet de trouver des solutions innovantes communes ouvrant ainsi à cette nouvelle industrie un avenir porteur. »

 

RODA (citation extraite de http://roda-drone.org/, version du 18/05/2015)

« RODA est une association de « loi 1901 » qui a pour but de regrouper les opérateurs de drone du secteur de l’audiovisuel.

L’association a pour but de promouvoir les potentialités des aéronefs sans pilote dans le domaine de l’audiovisuel. Le RODA souhaite devenir un interlocuteur privilégié dans le secteur de l’audiovisuel en France pour les prises de vue aérienne, tant auprès des autorités tutélaires que des tiers privés tels que les assureurs et médias.

En facilitant l’échange et la coopération entre les différents acteurs du secteur, le RODA permet de trouver des solutions innovantes communes, ouvrant ainsi à cette nouvelle industrie un avenir porteur. »

Syndicat SNPPDC (citations extraites de la lettre aux pilotes du 14/05/2015 et de http://snppdc.fr/, version du 18/05/2015)

« Nous sommes heureux de vous annoncer la naissance du SNPPDC sous la forme d’une association loi 1901 dont l’objectif premier est de peser sur les conditions d’exercice de notre jeune profession.

Un syndicat pour les Pilotes Professionnels de Drones Civils, créé par des Pilotes Professionnels de Drones Civils […] tous engagés à suivre la législation en cours, en acceptant la Charte de Bonnes Pratiques de Vol.

Pourquoi avons-nous créé un syndicat ?

  • Pour réunir tous les pilotes professionnels de drones civils
  • Pour être les interlocuteurs auprès des autorités de tutelle, des élus, des donneurs d’ordre
  • Pour faire connaître la filière et ses spécificités
  • Pour être présent lors des manifestations nationales et régionales professionnelles ou généralistes
  • Pour établir une veille sur les usages en vol
  • Pour créer un brevet spécifique de pilotes de drones »
  • Pour obtenir une vraie reconnaissance de notre profession et changer le regard du public sur l’utilisation des drones civils »

 

Sur cette base on peut retenir que ces structures sont complémentaires, et que chacun peut se positionner en fonction de son métier et de ses attentes.

 

Structure

SNPPDC

FPDC

RODA

Adhérents

pilotes professionnels  

                                                                                     

acteurs privés et institutionnels notamment constructeurs et opérateurs

opérateurs du secteur de l’audiovisuel                                                             

Buts

améliorer les pratiques et la sécurité, créer un brevet spécifique de pilotes de drones.

faire connaître la filière et ses spécificités.

changer le regard du public sur l’utilisation des drones civils.

être interlocuteurs auprès des autorités de tutelle, des élus, des donneurs d’ordre.

supporter et coordonner les efforts de promotion nationale et internationale des aéronefs sans pilote dans le domaine civil.

devenir un interlocuteur de référence pour le secteur du drone civil en France, tant auprès des autorités tutélaires que des tiers privés tels que les assureurs et médias.

 

promouvoir les potentialités des aéronefs sans pilote dans le domaine de l’audiovisuel

devenir un interlocuteur privilégié dans le secteur de l’audiovisuel en France, tant auprès des autorités tutélaires que des tiers privés tels que les assureurs et médias


                                                                    

Antienne

Faire entendre aux autorités et au public le point de vue des personnes aux manettes des drones et en contact avec la réalité du terrain, prendre une part active sur les décisions qui nous concernent, éduquer le public et les acteurs économiques sur les contraintes de notre métier, défendre nos positions et surtout partager nos expériences pour faire avancer ensemble cette extraordinaire filière.

En facilitant l’échange et la coopération entre les différents acteurs du secteur. La FPDC  permet de trouver des solutions innovantes communes ouvrant ainsi à cette nouvelle industrie un avenir porteur.

 

 

 

 

En facilitant l’échange et la coopération entre les différents acteurs du secteur. Le RODA permet de trouver des solutions innovantes communes ouvrant ainsi à cette nouvelle industrie un avenir porteur.

 

 


                                                                    

Question 5 : Une instance de plus est-elle nécessaire ?

Oui c’est nécessaire.

Le SNPPDC veut que la voix portée aux autorités soit la résultante de vos voix, débattues avec bon sens et pragmatisme. Et surtout que toute question légitime de la part d’un adhérent trouve une réponse claire et précise qui lui permette d’exercer son métier dans les règles de l’art.

 

Sans le SNPPDC la filière peut continuer de se développer sans pour autant que les intérêts des pilotes ne soient défendus …

 

Question 6 : Quelle légitimité du syndicat par rapport aux acteurs actuellement en place ?

Le syndicat compte au sein de son bureau et de ses adhérents d’anciens pilotes de ligne, des formateurs de théorique et de pilotage de drone ainsi que des constructeurs et des pilotes expérimentés, qui se sont confrontés et se confrontent au terrain quotidiennement.

Après un porté à connaissance de la constitution de l’association aux autorités de tutelle, nous communiquons aujourd’hui activement à destination des acteurs du territoire (préfectures, élus, armée, gestionnaires d’aérodromes, de parcs naturels …) pour favoriser les échanges d’information et fluidifier les démarches de nos adhérents dans leur travail quotidien. Par une approche de proximité.

Notre légitimité est celle de praticiens expérimentés, conscients des impératifs de professionnalisme et de sécurité, tant pour la gestion du matériel que pour la mise en œuvre des vols dans le respect de la réglementation et de la sécurité des personnes et des biens.

 

Presse